Pour non-paiement des droits superficiaires, la Miba perd 20 titres miniers

C’est un coup dur pour la société minière de Bakwanga. Au terme d’une série d’arrêtés signés par la ministre des Mines, cette société est déchue de 20 titres miniers. Il s’agit concrètement de 15 permis d’exploitation et 5 permis de recherche qui ont été retirés à la société Miba.

Après analyse de ces arrêtés portant déchéance des titres miniers signés et notifiés aux concernés en décembre 2021 et dont les copies sont parvenues à notre rédaction, il se dégage un constat malheureux. L’essentiel du polygone Miba soit une superficie de 45 km carré a été retiré à la Miba. Une grande perte pour cette entreprise du portefeuille de l’État qui voit s’en aller le massif 1, l’un des gisements le plus importants de la Miba. Il constitue à lui seul 75% de réserve en diamant de la société.

Le lanceur d’alerte et ancien consultant de la Miba Claude Mianzwila n’en revient.

« C’est effectivement une hécatombe, une catastrophe qui vient d’arriver ; juste une mauvaise gestion, un cheminement d’actes mafieux. Nous en arrivons maintenant à une perte totale où la Miba perd son polygone minier qui se trouve être le centre névralgique de ses actions minières, malheureusement ».

Plusieurs sources affirment que la Miba doit 4 millions USD au cadastre minier. Pour ce lanceur d’alerte, ceci dénote d’un sérieux problème de gestion au sein de cette entreprise qui, à ce jour, est une coquille vide.

« La Miba n’existe plus que de nom sur papier, il n’y a pas plus rien. Juridiquement parlant c’est une coquille vide. Nous avons eu plusieurs fois à tirer la sonnette d’alarme en demandant à ce que le gouvernement de la République puisse s’investir afin qu’il puisse y avoir un audit mené par un cabinet international pour établir les responsabilités. Là nous avons une gouvernance mafieuse qui a pris forme depuis des années ».

Cette série d’arrêtés de la ministre des Mines n’a pas dépossédé la Miba que des champs diamantifères mais aussi de ceux d’or, de cuivre et de nickel chrome éparpillés dans l’espace du grand Kasaï.