Mbuji-Mayi : marche de l’UDPS contre toute tentative de prise de pouvoir par la force

L’Union pour la démocratie et le progrès social UDPS fédération de Mbuji-Mayi condamne toute tentative de prise de pouvoir par la force en RDC. A travers une marche de protestation ce jeudi à Mbuji-Mayi, des milliers des combattants ont réitéré leur soutien indéfectible au Chef de l’État et aux Institutions de la République.

C’est une marée humaine qui a répondu à l’appel du président fédéral de l’UDPS. Cette marche partie de la permanence de Mwa Luse à Simis jusqu’au bâtiment administratif du gouvernorat de province a connu la participation de quelques partis alliés en l’occurrence ACDD (Alliance Chrétienne pour la démocratie et le développement) du député national Alphonse Ngoyi Kasanji et Congo Espoir du ministre José Mpanda Kabangu.

Le mémorandum dont le président fédéral Jean-Paul Mbwebwe a dévoilé le contenu au point de chute n’a pas ménagé ceux qui auraient des velléités d’accéder au pouvoir par des moyens non prévus par la constitution.

« La fédération de l’UDPS Mbuji-Mayi met en garde tous les caciques nostalgiques des régimes dictatoriaux de triste mémoire que le peuple congolais, les FARDC, la PNC et toutes les forces vives du pays n’accepteront jamais un coup de force comme moyen d’accéder au pouvoir parce que la RDC est un pays civilisé qui est à son troisième cycle électoral selon le principe défini dans l’Accord global et inclusive de Sun City », lit-on dedans le mémorandum.

Par ailleurs, les manifestants ont exprimé leur soutien au président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et aux Institutions du pays. L’occasion était également propice pour appeler la population congolaise à la vigilance.

« L’UDPS fédération de Mbuji-Mayi appelle tout le peuple congolais à demeurer vigilant et uni afin de barrer la route aux ennemis de l’État de droit et de la démocratie amorcée par son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo », a lancé le président fédéral Jean-Paul Mbwebwe.

Le mémorandum a été remis à la gouverneure de province intérimaire du Kasaï-Oriental Jeannette Longa Muswamba qui a vite regagné son bureau sans dire un mot aux manifestants.

Encadrée par les éléments de la police, cette marche s’est déroulée de bout en bout sans incident majeur.