Kasaï-Oriental : Détournement présumé des 14 millions USD, la justice doit trancher

Il y a plusieurs mois que des voix s’élèvent pour dénoncer le détournement des fonds alloués à la construction des écoles et hôpitaux au Kasaï-Oriental. Surfacturation, maquillage des chiffres, chacun y va de son vocabulaire pour expliquer comment on aurait dilapidé les 14 millions USD dans la construction et la réhabilitation de seulement quelques écoles et hôpitaux.

Il s’agit des hôpitaux de la Muya et de Saint Jean Baptiste ainsi que des complexes scolaires Kalenda Mudishi et du 04 janvier à Mbuji-Mayi. Le projet prévoit aussi de construire deux écoles à Kabeya Kamwanga.

On se rappellera que c’est le président du cadre de concertation de la société civile du Kasaï-Oriental qui avait lancé l’alerte sur un détournement présumé dans le cadre de ce projet financé par le FPI. Une alerte qui sera vite retirée par son auteur, Mr l’abbé Pierre Kabamba, pour des raisons que lui seul connaît.

Depuis, l’on a assisté à une levée des boucliers des personnalités citées dans le dossier. Il y a d’abord David Mukeba conseiller principal du chef de l’Etat au collège Infrastructures et ensuite Marcellin Bilomba, également conseiller du président de la République mais en charge des questions économiques et financières. Tous les deux n’ont eu de cesse par voie de presse de justifier les coûts élevés de ces travaux.

Après le passage du chef de l’État à Mbuji-Mayi, ce dossier a semblé prendre une autre tournure. Sans ménagement, Marcellin Bilomba tire à boulées rouges sur le député national Alphonse Ngoyi Kasanji qui, d’après certaines indiscrétions, aurait informé Félix Tshisekedi de ce détournement présumé des millions USD destinés à la construction des établissements scolaires et structures sanitaires au Kasaï-Oriental.

Du coup, l’affaire s’empare des réseaux sociaux où la quasi-totalité d’internautes dénoncent un nouveau scandale financier et appellent la justice à se saisir du dossier afin d’établir les responsabilités.