Kasaï-Or : le Synacass appelle à la poursuite de la grève

L’incertitude persiste encore sur la reprise effective des activités dans les universités et instituts supérieurs établis au Kasaï-Oriental. Le Syndicat national des assistants et chefs des travaux, Synacass/Kasaï-Oriental demande à ses membres de continuer d’observer la grève jusqu’à ce qu’ils trouveront satisfaction à leurs réclamations. Pendant que plusieurs institutions publiques appellent à la reprise des activités au début de la semaine prochaine, le Synacass est monté au créneau.

Pour le président provincial du Synacass/Kasaï-Oriental, le communiqué diffusé à travers les médias locaux obligeant les assistants et chefs de travaux à reprendre le chemin des universités et instituts supérieurs est une violation de la constitution de la RDC. Le chef des travaux Léon Kanku Kalonji rappelle aux uns et aux autres que le mouvement de grève observé par ces scientifiques est légale et que personne n’a le droit de pousser par quelque moyen que ce soit un membre du Synacass à violer ses propres droits.

A travers une longue déclaration relayée sur les réseaux sociaux, le président provincial du Synacass Kasaï-Oriental est ferme. La grève ne sera levée que lorsque le gouvernement manifestera sa bonne volonté de répondre aux revendications des assistants et chefs des travaux. Il demande par conséquent à ses collègues de rester à la maison.

Alors que l’UOM annonce la reprise des activités pour l’année académique 2021-2022 le lundi prochain, le numéro un du Synacass au Kasaï-Oriental demande à ses correspondants dans les différents établissements d’enseignement supérieur et universitaire de braver la peur. Ils doivent attendre un mot d’ordre de la coordination nationale pour la reprise des cours, souligne le chef des travaux Léon Kanku.

Quoiqu’il en soit, il dit rester positif que les négociations qui tardent à démarrer entre le gouvernement et le banc syndical apporteront une réponse aux multiples problèmes soulevés par les grévistes.