«Aucune tentative de déstabilisation de nos institutions démocratiques ne sera tolérée» (Porte-parole Présidence)

La Présidence de la République a enfin communiqué sur les récents événements ayant conduit à l’interpellation de François Beya, conseiller principal du Chef de l’État en matière de sécurité. C’est le porte-parole de la Présidence de la République Kasongo Mwema qui l’a fait ce mardi au journal de 20 heures sur la télévision nationale congolaise.

D’entrée de jeu, il a indiqué qu’il s’agit « d’une affaire relevant de la sûreté de l’État, matière de la compétence exclusive de l’Agence nationale de renseignements ANR ».

Sans vouloir divulguer les secrets des enquêtes et investigations en cours à différents niveaux, la Présidence de la République affirme que « les enquêteurs disposent d’indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale ». Des indices qui ne peuvent donner matière à d’autres considérations de type tribal, clanique ou régional, précise la Présidence qui invite par ailleurs à la préservation des acquis démocratiques quel qu’en soit le prix.

De ce fait, insiste la Présidence, « aucune tentative de déstabilisation de nos institutions démocratiques ne sera tolérée ».

Tout en précisant que la situation est sous contrôle, la Présidence de la République demande la population de garder son calme et de vaquer sereinement à ses occupations quotidiennes.

Elle invite également la population à rester vigilante et à éviter de donner le flanc aux spéculations mensongères diffusées par des personnes mal intentionnées dans les médias ou les réseaux sociaux.