AGRESSION DE LA RDC PAR LE RWANDA : KAGAME DÉMYSTIFIÉ PAR TSHISEKEDI? (TRIBUNE DE AIMÉ NTAMBUE)

  1. Pour la petite histoire :

En novembre 2021, une partie de la Province du Nord-Kivu se réveillait sous les crépitements de balles d’un mouvement connu, le M23. Neutralisé en 2013, ce mouvement renaissait de ses cendres avec des nouvelles revendications et des nouveaux objectifs. Si jusqu’alors personne n’arrivait à dire avec exactitude qui était derrière ce mouvement, les enquêtes de l’Organisation des Nations-Unies appuyées par les enquêtes de l’Etat congolais et celles de la société civile ont fini par pointer du doigt, avec preuves imagées, le Rwanda de Paul Kagame. Ce dernier, après plusieurs tergiversations, dans sa récente sortie médiatique, a fini par admettre l’implication de son pays dans l’agression de la RDC et déclarer être prêt à entrer en guerre ouverte avec le Congo sur son territoire ou sur le sol Rwandais. Ainsi, le mystère de l’agression de la RDC par le Rwanda est désormais dévoilé, Kagame est l’allié principal du mouvement militaire qui, depuis son ralliement par Corneille Naanga, nourrit l’ambition de marcher sur Kinshasa pour renverser le régime TSHISEKEDI.

  1. Les faux calculs de Kagame

D’après plusieurs analystes de la guerre à l’Est de la RDC, en se servant militairement du M23 tout en s’appuyant politiquement sur  Corneille Naanga pour flouer la communauté internationale, Kagame  se voyait déjà marcher sur Kinshasa dans quelques mois comme à l’époque de l’AFDL. Cependant, l’agresseur ignorait que le contexte n’était plus le même. Après la levée de l’embargo sur les armes, en fin stratège, le Président de la RDC, Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI avait levé l’option non seulement de recruter au sein de l’armée et d’assurer la formation de qualité, mais également de renforcer la logistique militaire afin de faire face à cette agression rwandaise. À celà s’ajoute aussi la mobilisation nationale et internationale qui a poussé certains soutiens occidentaux de Kagame à faire volte-face. De ce fait, plusieurs mois après, Kagame se retrouve dans l’impossibilité de percer les lignes congolaises et de prendre les grandes villes de l’Est. Le bilan est lourd du côté de l’agresseur, on parle de plusieurs jeunes terroristes rwandais tués chaque jour par les braves militaires congolais appuyés par les jeunes patriotes wazalendo.

  1. La récente sortie médiatique de Kagame sur France24, un aveu d’échec ?

Connu pour son arrogance dans toutes les questions sécuritaires liées à l’Est de la RDC, Kagame est de plus en plus agité. L’échec de son armée sur le sol congolais et son abandon progressif par ses soutiens occidentaux qui ont peur de perdre la stratégique RDC au profit du BRICS l’a plongé dans l’insomnie interminable. Son hégémonie dans la sous-région est en déclin. Son discours de victimisation ne convainc plus dans les salons diplomatiques. À ce stade, tous les initiés annoncent déjà la chute programmée et certaine de Paul Kagame. Ne sachant plus à quel saint se vouer, le dictateur rwandais tente de jouer sa dernière carte en déclarant sur France24 que son pays est prêt à en découdre militairement avec la RDC. Pour plusieurs analystes expérimentés, il s’agit simplement d’un aveu d’échec. Kagame sait déjà que la RDC monte en puissance militairement et son armée ne sera pas en mesure de tenir face à l’armée congolaise de plus en plus forte. Il sait également que sans le soutien des occidentaux, son petit pays ne peut faire face au géant du continent comme la RDC. Malheureusement, dans le contexte actuel, ce soutien n’est plus garanti à 100% pour lui.

En somme, tout indique le déclin de l’hégémonie rwandaise dans la sous-région. Les stratégies et méthodes appliquées par le régîme de Kinshasa étaient minimisées au départ, mais elles ont fini par prouver leur efficacité. Ainsi, TSHISEKEDI est sur le point de démystifier définitivement le dictateur rwandais. La suite des événements nous en dira plus.

Aimé NTAMBUE

Related posts

Leave a Comment